La création du Mouvement de la Liberté pour la Démocratie, Le MLD Intagoma

14 mars 2012

MDPR, Société

 

La création du Mouvement de la Liberté pour la Démocratie, Le MLD Intagoma

 

En date du 1 Mars 2012, il a été décidé la création du Mouvement de la Liberté pour la Démocratie. Le MLD Intagoma, dénommé en Kinyarwanda « Ikoraniro ry’Isanzure riharanira Demokarasi », vient se joindre aux autres formations politiques existantes au Rwanda ou à l’extérieur du Rwanda, et ses membres entendent apporter leur contribution dans la recherche de la paix, l’harmonie et la réconciliation effective au sein du peuple rwandais. Le nouveau parti MLD Intagoma s’est donné comme mission de perpétuer les idéaux jadis prônés par le MDPR Intiganda, parti fondé le 12 décembre 2009 et dissous le 12 Décembre 2011 pour des raisons explicitées dans l’acte même de dissolution.

 

Le MLD Intagoma se propose donc à oeuvrer, en collaboration avec les autres plates-formes politiques, dans le sens d’opérer des réformes approfondies de l’état au Rwanda, en vue de transformer celui-ci en véritable état de droit, soucieux du bien commun de toute la population, sans discrimination aucune.

 

L’abrégé du Manifeste du MLD Intagoma

 

1. La création du parti MLD Intagoma survient après le constat d’un contexte sociopolitique au Rwanda qui est plus que déplorable. La situation des valeurs morales s’est  beaucoup détériorée ces dernières années. Les crimes ignobles soutenus et institutionnalisés par un pouvoir dictatorial ne cessent de faire des ravages au sein la population. Le totalitarisme d’état a atteint le paroxysme et les responsables au sommet de l’état s’adonnent aux actes similaires à la barbarie, ceci en toute impunité. Chaque jour c’est le même scénario depuis des décennies : assassinats, emprisonnements arbitraires, éliminations, disparitions, appauvrissement volontaire de la population, destruction des habitations sans dédommagements. Les politiciens et les journalistes sont le plus souvent visés et ils sont continuellement assassinés ou emprisonnés arbitrairement. Les mesures qui relèvent du crime sont imposées sans cesse à la population sans demander leur avis au préalable, comme cette pratique massive de la vasectomie contre les hommes, sans oublier l’envoi régulier des milices à l’étranger pour maltraiter et assassiner ceux qui ont fui les sévices du pouvoir en place, etc. Les libertés citoyennes sont en majorité bafouées sous l’œil complice et condescendant de la communauté internationale.

 

2. Le MLD Intagoma part du principe même de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, pour s’insurger contre la dégradation des droits fondamentaux au Rwanda, et proposer une voie de sortie qui saura assurer le recouvrement des droits des citoyens Rwandais. Le MLD Intagoma réitère le principe que tous les hommes naissent  et demeurent libres et égaux en droits.

 

3. Le but de toute association politique étant la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme, le MLD Intagoma considère que le Rwandais a également les droits de la liberté, de la propriété privée, ainsi la sûreté et la résistance à l’oppression demeurent  ses droits les plus absolus.

 

4. Le MLD Intagoma soutient également le principe qu’il ne peut y avoir de souveraineté nationale, si le peuple lui-même n’est pas souverain. Toute personne qui veut exercer l’autorité au nom du peuple doit l’obtenir par ce peuple lui-même et ne doit pas s’imposer au peuple par la force des armes. Celui qui veut exercer l’autorité au nom du peuple, doit agir pour le bien commun de ce peuple, et non pour quelques individus seulement. Il est donc inacceptable qu’au Rwanda, toute une population soit tenue à être exploitée et maintenue sous l’oppression, par le simple fait qu’ils seraient des sous armés, ce qui ne présagerait en aucun cas une paix durable.

 

5. Il n’y a pas de liberté dans un pays où la loi sert uniquement à sauvegarder les intérêts d’une oligarchie au pouvoir. Quand la loi sert d’instrument pour opprimer le peuple, celle-là n’est plus pour le bien de ce même peuple et elle doit être abrogée, puisque n’étant pas effectivement au service du bien commun. Dans ce cas, le peuple n’a pas seulement le droit de refuser cette loi, mais c’est aussi un devoir de protester contre celle-ci, jusqu’à pouvoir la remplacer par une loi qui va dans le sens du bien commun.  Tous les citoyens doivent être traités à égalité devant la loi, dans le cas contraire celle-ci perd définitivement du sens. Au Rwanda d’aujourd’hui, la loi n’est pas appliquée de façon égale à tous les citoyens et elle a perdu par conséquent  son importance.

 

6. Toute ségrégation de quelque forme qu’elle soit doit être bannie. Ainsi il n’est pas normal de garder les séquelles du colonialisme et de l’apartheid, où il y aurait des privilégiés et des défavorisés. La ségrégation, même camouflée, doit être combattue sans ménagement pas le peuple et cette règle doit trouver toute sa valeur aussi au Rwanda. Nul n’est tenu à être au dessus de la loi, quand bien même il serait un président soutenu pas la communauté internationale. Etre Président ne lave pas de crimes contre l’humanité et ne donne pas l’autorisation de perpétuer ces crimes en toute impunité. Un criminel n’a pas le droit de se maintenir à la tête de l’état et cette règle doit aussi avoir toute sa valeur au Rwanda.

 

7. Les citoyens rwandais comme les autres citoyens du monde ont le droit d’élire leurs représentants en toute liberté et l’appareil étatique ne dispose d’aucun droit d’imposer  des représentants au peuple, seulement pour servir les intérêts d’une oligarchie. Tous les citoyens étant égaux, chacun a le droit de se présenter librement dans n’importe quelle élection, sans courir le risque d’être emprisonné ou éliminé par ceux qui détiennent les rênes du pouvoir. La question comme « Qui es-tu pour te proposer à diriger le Rwanda ? », ou le « wewe ni nani ? » du jargon local, ne doit plus jamais se poser, chaque citoyen rwandais ayant le droit absolu d’envisager l’avenir de son pays conformément à ses propres convictions.

 

8. Ceux qui instaurent et exécutent les lois arbitraires,  quand bien même ils seraient dans des hautes positions du pouvoir, doivent être punis. Il faut bannir à jamais au Rwanda tout ce qui s’apparente aux accusations mensongères et à la délation contre les citoyens, tout comme l’invention des crimes imaginaires pour condamner les innocents. Tous les actes de barbarie doivent être prohibés au nom de la liberté.

 

9. L’expression des pensées et la manifestation des opinions dans le but d’améliorer les conditions d’existence la société ne doivent plus être considérées comme des crimes. Tout homme qui se rendra coupable d’opprimer les autres en raison de leurs pensées, leurs opinions et leurs croyances doit être puni, quand bien même il occuperait une position importante dans les rouages du pouvoir. Tout citoyen rwandais a donc le droit de parler, écrire et imprimer librement, s’il veut donner sa contribution à l’amélioration de la société dans laquelle il vit. Nul ne devra plus s’arroger le droit d’assassiner ou de condamner à de lourdes peines de prisons des citoyens innocents, en leur reprochant des crimes dérisoires, comme celui-là du lèse-majesté assimilé à tort à des idéologies criminelles. Les citoyens rwandais ont le droit de demander des comptes à leurs dirigeants, sans risquer d’en encourir la répression.

 

10. La séparation des pouvoirs doit être instaurée au Rwanda pour le bien du peuple entier, et la constitution doit  garantir cette séparation pour bannir à tout jamais les abus des hommes forts et de l’exécutif en général.

 

11. Tous les droits humains protégeant les populations et tels que stipulés dans la charte des Nations unies de 1948 à cet effet, doivent être appliqués à la lettre au Rwanda et l’état ne doit pas seulement se contenter de les ratifier.

 

12. Suite aux abus des pouvoirs publics, les valeurs morales sont  largement bafouées, à tel point que les droits humains sont niés pour une majeure partie de la population. Les membres du parti MLD Intagoma ont l’intention d’instaurer un véritable état de droit au Rwanda. C’est pour cela qu’ils se sont nommés « Intagoma » pour manifester clairement qu’ils entendent signer un pacte d’agir pour l’intérêt et le bien commun du peuple rwandais dans toute son entièreté. Les Intagoma ne visent que la paix, le bien-être et l’unité du peuple, aussi s’engagent-ils à ne jamais porter préjudice à l’intérêt général du peuple rwandais. Les Intagoma vont promouvoir les droits et les libertés citoyennes et ne peuvent jamais trahir ces nobles visées. Les Intagoma veulent révolutionner la société rwandaise en bannissant toutes les antivaleurs. Ils entendent écarter toutes les mauvaises habitudes liées à la corruption et au goût du lucre qui ont caractérisés certains au point de venir à « vendre » leurs propres concitoyens. Tous les citoyens rwandais seront appelés à une sorte de transformation des moeurs, où le perfectionnement des bonnes actions sera le combat de tous les jours pour tout un chacun. C’est en disposant des hommes de plus en plus meilleurs que l’on pourra changer la société minée par le mensonge et les vices de toutes sortes qui entravent la justice et la liberté. C’est un Rwandais de plus en plus meilleur, ainsi un rwandais libre, qui pourra rendre sa société aussi bien meilleure que viable, une société libre et respectueuse des droits humains.

 

 

Les Piliers et Orientations du MLD Intagoma.

 

1. Justice

 

Le MLD Intagoma s’engage à se constituer en plate-forme de réflexion et d’action, où les thèmes de démocratie et de liberté seront abordés largement. Le MLD Intagoma oeuvrera en sorte que le citoyen rwandais puisse se sentir acteur à part entière dans la vie nationale en participant activement au progrès du pays tout en jouissant de tous ses droits et libertés. Le MLD s’engage également à forger chez tout citoyen rwandais le sentiment de fierté de se savoir appartenir à une société juste et qui privilégie les droits pour tout un chacun.

 

2. Liberté

 

Le MLD Intagoma va favoriser des recherches pour redécouvrir les bonnes valeurs enfouies dans la culture rwandaise, que ce soit dans la royauté ancienne ou dans les républiques qui se sont succédées. Les valeurs nationales, en particulier celles qui sont en rapport avec les libertés citoyennes seront réactualisées en vue d’en faire de bons instruments pour accroître le bien être et la prospérité du peuple entier.

 

3. Valeurs nationales

 

Les valeurs culturelles nationales sont des éléments précieux qu’il faudra combiner aux valeurs modernes de démocratie et de liberté. Le MLD Intagoma va valoriser la mission des délégués du peuple, qui seront les vrais porteurs des aspirations de la population. Le MLD Intagoma se propose de recourir à la monarchie constitutionnelle qui, à l’issue des consultations populaires et après avoir expliqué pleinement le bien fondé de ce type de régime politique pour le Rwanda, serait adoptée par la constitution rwandaise.

 

4. Travail

 

Le MLD Intagoma veut promouvoir la valeur du travail bien fait pour le développement personnel et le développement général du pays. Il est temps de passer au développement effectif du secteur industriel, où le travail humain serait réellement une catégorie proprement économique. Le citoyen sera constamment encouragé au travail bien fait comme source de libération. Le travail déterminera le mérite et la juste rémunération, et évitera dans la mesure du possible toute forme d’exploitation des classes modestes par les classes aisées.

 

5. Culture

 

Les activités culturelles et les loisirs seront privilégiées, en vue surtout de soutenir l’assiduité au travail en prévoyant des temps libres assez reposants. La culture rwandaise selon toutes ses couleurs sera exploitée pour aider les citoyens  à jouir pleinement du bien- être. Les activités culturelles aideront également à inculquer aux citoyens les valeurs morales nécessaires pour la l’instauration d’une société nouvelle, civilisée et lavée de toute barbarie.

 

6. Démocratie parlementaire

 

Le MLD Intagoma entend contribuer grandement à la réconciliation du peuple rwandais, ainsi qu’à l’instauration d’une société basée sur l’équité, les libertés individuelles et la fraternité universelle. Le parti va par conséquent contribuer à ce que le pouvoir soit réellement issu du peuple, mis en place par le peuple et travaillant pour le bien commun du même peuple. Dans cette optique, la démocratie parlementaire sera un choix politique d’envergure. Les intérêts du peuple seront sauvegardés à travers ses représentants qui seront choisis dans la liberté et la transparence requise.

 

7. Réconciliation

 

Le MLD Intagoma va œuvrer en collaboration avec les plates-formes politiques qui, par analogie, partagent ses idéaux, à initier un vrai patriotisme basé sur le souci de réconcilier le peuple rwandais avec lui-même et avec son histoire à travers ses composantes. Les réformes institutionnelles prévues rendront l’appareil étatique favorable aux aspirations fondées du peuple rwandais pour la prospérité, la liberté et la concorde nationale.

 

Fait à Paris, le 1 Mars 2012

Pour le MLD Intagoma

Valentin Ruhumuriza

Secretaire Général et Porte-Parole

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus