Archive | Histoire Flux RSS de cette section

À propos de mediator

Retour a Gbadolite, chez Papa Mobutu!

6 novembre 2018

0 Commentaire


 

The president of what was then Zaire lavished millions on a palace complex and international airport in the remote town of Gbadolite. Guardian photographer Sean Smith heads for the jungle to document the pitiful shell that remains

Where Concorde once flew: the story of Mobutu’s ‘African Versailles’

Ce fut sans doute le meilleur Album de l’orchestre Impala, n’est-ce pas!?

21 octobre 2018

0 Commentaire

Africa: Remembering Thomas Sankara On the 30th Anniversary of His Assassination

15 octobre 2018

0 Commentaire

opinion By Amber MurreyThomas Isidore Noël Sankara (1949-1987) was assassinated 30 years ago, on 15 October 1987. He was one of the most confident and outspoken anti-imperialist leaders of the late 20th century. Sankara’s life and political praxis continue to be significant in shaping and inspiring anti-imperial and Pan-African youth activism and resistance across the African continent and beyond.

Revolutionary « Madness »

In terms of revolutionary movements in Africa, Sankara’s stands out not only because it occurred well after independence but also because of the ambition of its vision. Sankara was a militant economic revolutionary who aimed to achieve social justice at home through a prioritization of food justice while recalibrating Burkina Faso’s place in the international system. Unlike most of the African leaders of his generation and those preceding him, Sankara did not author books that captured or guided his political philosophy in any systematic way. Indeed, Sankara refused to give an ideological name to the revolution. Our task, then, is to trace Sankara’s words and actions to synthesise his radical and comprehensive approach to social transformation, self-sufficiency, decolonization, and freedom.

During an interview with Jean-Philippe Rapp in 1985, Sankara said:

« I would like to leave behind me the conviction that if we maintain a certain amount of caution and organization we deserve victory [....] You cannot carry out fundamental change without a certain amount of madness. In this case, it comes from nonconformity, the courage to turn your back on the old formulas, the courage to invent the future. It took the madmen of yesterday for us to be able to act with extreme clarity today. I want to be one of those madmen. [...] We must dare to invent the future. »

Although Sankara attributed some of his political philosophies and praxis to an awareness that fundamental change would be perceived as madness, much of this apparent madness was due to Sankara’s commitment to the people in Burkina within an imperial global political economy.

Sankara understood the immensities and dangers of the revolutionary project before him. He knew that he would be perceived as a « madman » for fighting against a powerful global and regional economic elite. After just four years and two months as president, Sankara was assassinated by Liberian mercenaries who had been trained in Libya, with ideological support from Cote D’Ivoire, France and the US, under the leadership of his closest friend, Blaise Compaoré.

When his autopsy was finally released to the public in October 2015, it revealed that his body had been riddled with bullet holes, including one just under his armpit. He was killed with his hands in the air. The autopsy confirmed what Halouna Traoré, the only living survivor of the assassination, had long maintained: Sankara went peacefully and knowingly to his death.

During his life, Sankara spoke often of radical Black leaders who were being assassinated all around him, Maurice Bishop among them. Although he was only 33 years old when he became president, he referred to his wife as ‘la veuve’ (the widow). This was a darkly humorous title–one that revealed his awareness of the probability of his premature death as well as his absence of fear in regards to it.

Sovereignty, not « development aid »

For Sankara, politics was praxis. He prioritised the politicisation of non-elites and non-specialists in a determination to do, make, and effect social change. As he reminded the audience during one speech, « What is left for us to do is [to] make the revolution! » Revolution, for Sankara, was more than a « passing revolt » or a « simple brushfire. » Rather, the political economy of Burkina needed to be « replaced forever with the revolution, the permanent struggle against all forms of domination » (Sankara ‘Freedom Must be Conquered’, 1984).

His praxis was deeply populist. Sankara’s political philosophy shows an undaunted attention to the grassroots, saying that « singers, dances, and musicians » can equally stand with formal representatives of the revolutionary party to « explain… what the revolution should be » (Sankara ‘Our White House in Black Harlem’, 1984). Sankara understood his role as that of critical space-maker: he sought to create the socio-economic and political conditions for wellbeing, integrity, and empowerment with the understanding that these were not material goods to be given or passed around. His revolutionary orientation was founded upon an insistence that all Burkinabè be free and empowered but that genuine self-empowerment was something to be cultivated through hard-work and seized through struggle rather than allotted by the government or given through international aid.

He rejected the premise of « aid » for victimising the people of Burkina Faso as well as for stripping them of agency. This stripping of agency occurred on multiple levels: it was both intellectual, through the insinuation that local solutions were unlikely (this was a form of mental colonisation), as well as tangible, through the suppression of an environment in which people’s own creativity could lead to innovative responses to local dilemmas.

Addressing the United Nations General Assembly in New York on 4 October 1984, Sankara identified ignorance, hunger, and thirst as equally important for the aspirations of the revolution. His role, as he articulated it, was to set in place the economic, political, and social structures that would allow all Burkinabè to pursue their own dignity, knowledge, and wellbeing: « Our economic aspiration is to create a situation where every Burkinabè can at least use his brain and hands to invent and create enough to ensure him two meals a day and drinking water » (Sankara ‘Freedom Must be Conquered’, 1984).

In this project of dignity and liberation, he recognised his limitations and challenges. Again, this approach reflected his humble but urgent approach to politics. On the topic of women’s liberation, he said, « we are ready to welcome suggestions from anywhere in the world that enable us to achieve the total fulfilment of Burkinabè women… Freedom can only be won through struggle, and we call on all our sisters of all races to go on the offensive to conquer their rights » (Sankara ‘Freedom Must be Conquered’, 1984).

While working to foster growth in national pride, creativity and self-sufficiency, Sankara confronted the material conditions of poverty in what was one of the world’s most impoverished countries. In order to embark upon a series of ambitious countrywide health, sanitation and environmental initiatives, the government required funds. To raise these funds, Sankara insisted that people make material sacrifices, particularly government officials and members of the urban petite bourgeoisie.

A radical activist as President

Sankara was ambitious, driven and often uncompromising. His presidency offers a glimpse into what it looks like when a militant activist becomes the leader of a country. His speeches and activities often more resembled those of radical social justice activists than heads of state. Sankara maintained his captain’s salary of $450 during his four years and two months as president. He wore cloth spun from Burkinabè cloth, the faso dan fani, and encouraged (or demanded) that other members of the government to do the same.

As president, he would share rations with his troops, as his chauffeur, Sidibé Alassane, recalled in an interview in 2017. Some displays of this sort of radically humble and down-to-earth living were not well received by all government officials. After one particular meeting, Sankara announced to his ministers that they would go and eat lunch together at a nearby restaurant. The group applauded in apparent pleasure, until he named the restaurant: Yidigri, a restaurant serving mostly low-income clientele near the Yalgado Hospital. After lunch, Sankara announced that each minister would pay their own bills–along with the bills of their chauffeurs. The event was intended to be a lesson in collectivism, unpretentiousness and generosity–all pillars of Sankara’s political praxis–but not everyone welcomed or appreciated these public effacements of social privilege.

Some journalists and academics have suggested that at least some of his radically humble lifestyle was a ruse. Others have characterised him as « manipulative » in working to appeal to a popular base. What none of these examinations provide, however, is any indication of what ulterior motive would have prompted Sankara to orchestrate such a persona. This is particularly so considering that he actively worked against his own self-enrichment both in and out of the public eye.

Arguments that Sankara’s humble lifestyle was adopted merely for public audiences do not hold up to more thorough considerations of his politics–all aspects of which reflect a radical way of living. His wife, Miriam Sankara, recalls that Sankara would sleep on the terrace during warm nights because he did not want to run the air conditioning when others were sleeping without it. At the time of his death, Sankara owned little and was quite possibly one of the poorest heads of state in the world. Among his possessions at the time of his death: four bicycles, a car, three guitars, and a refrigerator. Take, on the other hand, Blaise who, according to one account, has an estimated net worth of $275 million.

Using the Presidency as a platform for Pan-African humanist activism

Sankara understood that part of his role would be a rejection of silence in the face of widespread hunger, thirst and neo-colonialism. He used his international platform to address the historical foundations of poverty and to reject to contribute, even through silence, to the perpetuation of such a system. He said,

« I protest here on behalf of all those who vainly seek a forum [at the United Nations General Assembly] in this world where they can make their voice heard and have it genuinely taken into consideration. Many have preceded me at this podium and others will follow. But only few will make the decisions… I am acting as a spokesperson for all those who vainly seek a forum in this world where they can make themselves heard. So yes, I wish to speak on behalf of all « those left behind, » for « I am human, [and] nothing that is human is alien to me. » (Sankara ‘Freedom Must be Conquered’, 1984)

Although deeply populist, Sankara did not promote an ideology of isolationism or exclusion. Rather, the oppressed would have an important role to play in guiding oppressors to fuller articulations of humanity and liberation. He declared, « As Blacks, we want to teach others how to love each other. Despite their meanness toward us, we will be capable of resisting and then teaching them the meaning of solidarity » (Sankara ‘Our White House in Black Harlem’, 1984).

Sankara’s political leadership is a powerful example of how governments might re-orient to support the people as the people work to achieve their own fulfilment and wellbeing. His legacy shows that another politics is possible. Yet, this brazen pro-people political orientation remains so dangerous a challenge to the established economic order that it continues to be dismissed as « a certain amount of madness. »

* AMBER MURREY is a Postdoctoral Fellow at the American University in Cairo, Egypt. She tweets @AmberMurrey. Portions of this text are excerpted from the introductory chapter in « A Certain Amount of Madness » The Life, Politics and Legacy of Thomas Sankara, edited by Amber Murrey (forthcoming 2018, London: Pluto Press).

More on This

Sankara 20 Years Later – a Tribute to IntegrityBlaise Compaoré and Françafrique killed Thomas Sankara in the belief that they could extinguish the… Read more »

Read the original article on Fahamu.

Source: allafrica.com

Nouvelle Publication: « Freiheit um jeden Preis » par Theophile Murengerantwari

22 septembre 2018

0 Commentaire

Freiheit um jeden Preis: Die Nachwirkungen des Kolonialismus und die Verschärfung des Stammeskonflikts in Ruanda von [Murengerantwari, Theophile]

Freiheit um jeden Preis: Die Nachwirkungen des Kolonialismus und die Verschärfung des Stammeskonflikts in Ruanda


Alle Formate und Ausgaben anzeigen

Resumee…

Anfang der 90er Jahre wurde ein kleines Land in Zentralafrika von außen angegriffen. Als Freiheitskämpfer bezeichnen sich schon früh die Angreifer, und Patriotismus wurde zu einer ihrer beliebtesten Leitideen. Zu dem Zeitpunkt des Angriffs ist Ruanda für seine außergewöhnlichen Entwicklungsanstrengungen bekannt und seine Bewohner, unter der Führung Juvenal Habyarimanas, arbeiten sehr hart, um die Armut zu überwinden. Das Land ist außerdem für eine ziemlich gesunde Wirtschaftslage in der ganzen Region bekannt. Am 1. Oktober 1990 deutet jedenfalls nichts darauf hin, dass es zu Auseinandersetzungen zwischen Hutus und Tutsis, zwei wichtigen Bestandsteilgruppen der Bevölkerung Ruandas, kommen könnte. Das Land erlebt zwar seit kurzem eine Finanzkrise, aber die Einwohner sind davon überzeugt, dass die Krise von kurzer Dauer ist. Ansonsten scheinen die Leute zufrieden zu sein, insbesondere, was das Zusammenleben betrifft. Es war allerdings zu dem damaligen Zeitpunkt die Rede von neuen Maßnahmen des IWF, des Internationalen Währungsfonds, für Ruanda, wo es um die strukturelle Anpassung ging und wodurch die Volkswirtschaft wesentlich erschwert wurde.Wie man feststellen kann, haben die Regierenden der beiden ersten Republiken in Ruanda dafür gesorgt, dass das Schicksal des größten Teils der Bevölkerung, besonders auf dem Lande, stets verbessert wurde. Es blieb jedoch ein ungelöstes Problem im Hintergrund, das auf die politische Ebene zurückzuführen ist: die Existenz der Tutsi-Flüchtlinge im Ausland. Seit jeher träumten schon diese Flüchtlinge, besonders die in Uganda leben, bewaffnet in die Heimat zurückzukehren, um die Macht an sich zu reißen. Zu diesem Zweck nutzten die Flüchtlinge die Zeit des Wandels in der ganzen Welt und führten sogleich einen offenbar unüberlegten Krieg gegen ihr Heimatland. Da neue Werte im Zusammenhang mit Liberalismus, wie Demokratie und Liberalisierung, angesagt waren, begründeten die Tutsi-Rebellen ihre Angriffe damit, als wollten sie die Demokratie im Lande einführen.Wer waren diese Angreifer, die in kürzester Zeit das ganze Land unter dem Vorwand, einen Befreiungskrieg zu führen, ins Chaos stürzten, um schließlich eine der schrecklichsten Diktaturen in der ganzen Gegend zu errichten?Um diese Problematik zu erörtern, ist es zweifellos von Belang, eine gründliche Lektüre der ruandischen Geschichte vorzunehmen, besonders während der letzten Jahre der kolonialen Zeit. Seit 1959, dem Jahr der Revolution in Ruanda, wodurch einige Tutsis, Privilegierte der Kolonisation, entmachtet wurden, entstand sogleich der Wunsch, die Macht in Ruanda eines Tages zu ergreifen. Die Angreifer Ruandas, die Tutsi-Rebellen, sind jedoch weit davon entfernt, als Befreier bezeichnet zu werden. Ihr Angriff war kein reiner Zufall, der den Umständen zuzuschreiben ist. Die Vorbereitungen waren schon längst im Gange. Nur fehlte das auslösende Element… more

Versions en Francais, Englais et Kinyarwanda dans les prochains jours
Bonne lecture
La Redactiton, le Mediateur

PRESTATION DE SERMENT DU PRESIDENT JUVENAL HABYARIMANA

6 juin 2013

0 Commentaire

 

Image de prévisualisation YouTube

Mzee Karyabwite yumva ate Indepandansi…Ubwigenge?

17 février 2013

0 Commentaire

 Ese byaba bishoboka kongera kuvuga  Ubwigenge bw’igihugu muri iki gihe u Rwanda ruyobowe na FPR? Ibyo aribyo byose muri principes u Rwanda koko rurigenga! Niba kwigenga ari ukuba nta gihugu cy’amahanga gikolonije abaturage. Kera ku gihe cyabanjirije ukwigenga, bivugwa ko ubwigenge bw’igihugu bwo muri principes ataribwo bwari bushishikaje mbere na mbere abanyapolitiki baharaniraga rubanda rugufi, bamwe mu bakuze bakavuga ko icyo gihe intego yari yimirijwe imbere yari « demokarasi y’aboro » (democratie d’abord!). Kubw’abanyapolitiki, ntacyo byari bimaze ko igihugu cyigenga abaturage badafite ukwishyira ukizana. Muri iki gihe ibintu bisa n’ibyasubiye inyuma cyane! Nta byago nko kubona abenegihugu babaho basa n’abakolonijwe n’abandi benegihugu! Ese abantu basheshe akanguhe, inararibonye mu banyarwanda baba babona bate inzira y’ubwigenge? Birakwiye gutega amatwi impande zose, mu gihe habaho kwizera ko Inkotanyi abantu bakuru nabo zitabahinduye abidishyi! Byibuze iyaba habagaho gutanga ibitekerezo mu basheshe akanguhe, hakabaho kuvuga mu bwigenge busesuye nta nyungu za politiki zibyihishe inyuma, kera wenda byazashoboka ko abanyarwanda bagira igitekerezo bakuramo cyafasha mu kuzahura igihugu. Nk’uko biboneka muri iyi minsi, umunyagitugu uyoboye u Rwanda arasa n’uwiyemeje kwigundiriza ku butegetsi, bityo akihindura Prezida ubuzima bwe bwose. Igihe cyose umuprezida mu Rwanda yagiye afata icyemezo cyo kugundira ubutegetsi ubutaburekura, byagiye biba intandaro yo kumuhirika. Ibyo byabaye  kuri Kayibanda, biba kuri Habyarimana, none ubwo Kagame wishyizeho nawe asanze agomba kunyura muri iyo nzira, ibihe birasa n’ibigenura amahindura, kandi amahindura mu Rwanda akunze kujyana n’imidugararo ishegesha igihugu. Ese abasaza n’abandi basheshe akanguhe baba bafite icyo bavuga ku cyakorwa kugira ngo hirindwe impinduka zikunze kurangwa n’imivu y’amaraso mu gihugu? Burya umusaza upfuye ngo aba ari nka bibliotheque ihiye! Birakwiye ko abasheshe akanguhe batatinya gutangaza ibyiyumviro byabo, mu gihe byagira icyo bifashaho mu gukiza igihugu. Amateka yacu ntituzayabwirwa n’abayobozi b’igitugu bagenda basimburana, mu gihe biboneka ko abo bakunze kwihitiramo kwandika amateka yo gushegesha umuryango nyarwanda. Amateka navugwe uko ari n’abakuru bayabayemo, bayaganireho bayunguraneho ibitekerezo, bityo ababyiruka bazabone nabo umusinge baheraho bandika ayabo. Ubutumwa dusanga muri video iri hasi aho bwatangajwe n’umusaza Karyabwite Pierre, uvuga uko abona ibyo yabayemo mu myaka yashyiraga ubwigenge bw’u Rwanda. Ese haba hari abandi basaza biteguye kumugwa mu ntege no kumwunganira? Niba haba hakiri abo ingoma y’abidishyi itaciriye mu buvumo, twakwizera ko abanyarwanda bazabasha kubavomaho byinshi byafasha mu kurushaho kumva ameteka yaranze igihugu mu bihe binyuranye!

La Rédaction, Le Médiateur

Image de prévisualisation YouTube

L’affaire Nzeru (PC Kabanda, L’déal des pionniers »)

10 octobre 2012

0 Commentaire

 

 

Extrait de Pierre-Célestin Kabanda, Rwanda, l’idéal des pionniers: les hommes qui ont fait la différence, Collection « Mémoire collective », Editions Sources du Nil. Format 14,8×21, 492p. ISBN: 978-2-919201-07-5. Prix 20 euros.

Vous pouvez commander en ligne ce livre sur le site: www.editions-sources-du-nil.eu ou en envoyant un e-mail à sources_du_nil@yahoo.fr.

 

L’affaire Nzeru

Qu’est-ce que cette affaire NZERU qui fit tant parler d’elle au cours du dernier trimestre 1963 et tout au long de l’année 1964.

Aucune personne, à ma connaissance, n’a été en mesure de me l’expliquer d’une manière satisfaisante et objective. Gérard Muvunankiko, un grand ami et par ailleurs cousin de mon épouse vint me trouver dans mon bureau à la Présidence même, pour me faire part d’un point chaud d’actualité : découverte d’un complot visant le renversement du Président de la République ! Ce complot était orchestré, rapportait-on, par Isidore Nzeyimana et Amandin Rugira, Présidents respectivement de la Cour Suprême et de l’Assemblée Nationale. Ces deux hommes constituaient, disait-on, le noyau fort de tout un réseau que le pouvoir devait s’évertuer à démanteler[1]

Gérard ajouta que l’Assemblée devait se réunir dans quelques heures pour examiner la situation ! Je fus fort étonné de cette information, mais j’avais tendance à y ajouter foi, puisqu’elle était livrée par un homme de confiance et généralement bien renseigné.

Cette tentative de coup d’Etat reçut comme appellation le nom de NZERU, tout simplement pour dire NZEyimana et RUgira.

Petit à petit (mais tout de même assez rapidement) d’autres noms s’y ajoutaient : François Sezirahiga, Préfet de Butare, préfecture dont lui-même était originaire, tout comme les deux membres du duo Nzeru, et Charles Kalinijabo, alors Préfet de Kigali (mais originaire de Byumba). L’on parla alors de NZERUSEKA (Nzeyimana-Rugira-Sezirahiga-Kalinijabo.) L’on finit par retenir l’appellation NZERUKA.

Comment ces deux nouveaux noms furent-ils ajoutés au duo ? Sommé de mener une enquête sur NZERU, le Préfet de Butare, Sezirahiga en l’occurrence, indiqua dans son rapport qu’il n’avait pas été en mesure de trouver un seul élément impliquant les deux personnalités dans une quelconque activité subversive. Certaines langues dirent alors que le Préfet ne peut dire autre chose au cas où lui-même serait de connivence avec les deux ressortissants de sa Préfecture. Par ailleurs, certains pensaient qu’un coup d’Etat ne pouvait réussir que moyennant une collaboration active venant de la Capitale. Les supputations y impliquèrent Kalinijabo, Préfet de Kigali (sans autre justification que je sache) !

Je sais que Grégoire Kayibanda aimait à paraphraser l’Allemand Goethe, selon lequel « penser est une puissance et agir une technique ». Il mit cela en pratique afin de  pouvoir « démanteler le réseau NZERU.»

Ici j’ouvre une parenthèse pour essayer de montrer que, parfois les hommes politiques recourent à de fines subtilités pour parvenir à leurs fins. Au cours d’une réunion du Conseil des Ministres, le Président de la République mit en place une Commission ministérielle chargée d’examiner le pour et le contre d’une mutation des Préfets car, jusqu’alors (et je pense que Kalinijabo avait déjà élu domicile dans la région de Kigali) les Préfets étaient originaires de la région qu’ils administraient. Le Président me chargea du rôle de rapporteur de cette Commission.

Il se fait qu’au cours des discussions aussi sein de la Commission, Gaspard Cyimana qui était alors à la fois Ministre des Finances et de la Fonction Publique fut le seul à s’opposer au principe de mutation des Préfets. Car disait-il, « connaissant les problèmes de leurs régions, les Préfets devraient diriger les Préfectures dont ils sont originaires, question de logique et d’efficacité ». Cela faisait sens, mais en dépit de son insistance, Cyimana fut minorisé et le principe de mutation des Préfets fut adopté. Application immédiate : le Préfet François Sezirahiga fut muté pour Gisenyi, et fut remplacé à Butare par Charles Kalinijabo, lui-même muté de la Préfecture de Kigali ![2]

Petit à petit, un doute sur la trame d’un coup d’Etat gagna plusieurs esprits : un coup d’Etat contre le Président Grégoire Kayibanda était, à l’époque en tout cas, chose impensable et donc impossible. Et puis, un coup d’Etat de la part de civils, sans soldats ! Allez-y voir !

(…)

 

 

L’affaire NZERUKA était vraisemblablement une opération qui visait à démanteler la prépondérance de fait de Butare, dans les services et institutions étatiques. Ainsi, Isidore Nzeyimana, comme président de la Cour Suprême de Justice, était la troisième personnalité de l’Etat, après Amandin Rugira qui était le Président de l’Assemblée Nationale, deuxième institution du Pays, après la Présidence de la République. Par ailleurs, les Secrétaires Généraux et les Directeurs de plusieurs Départements ministériels étaient originaires de Butare. Cette prépondérance était due au fait que Butare comptait plusieurs intellectuels et cadres rodés dans la gestion administrative. De toute façon, cette situation n’était pas un fait délibérément créé. Etait-ce la crainte de voir un jour se déplacer le centre de décision de Gitarama à Butare ou tout simplement une affaire de jalousie, ou les deux à la fois ? Je ne saurais rien affirmer. Toujours est-il que la Préfecture de Butare souffrit de l’Affaire NZERU, dont la véritable origine ne fut jamais révélée au public.

A cette époque, l’on se demandait pourquoi le Président de la République ne désignait pas le vice-président de la République, poste prévu par la Constitution du 24 Novembre 1962. Selon des rumeurs et les expectatives de certains, ce poste devait revenir à la région Nord, puisque le Sud et le Centre étaient bien servis. Au Nord, Ruhengeri (avant Gisenyi et Byumba) pouvait nourrir cet espoir et pour cause : Ruhengeri comptait des personnalités de grand calibre, pour ne pas dire des poids lourds dans la politique. Ici je fais allusion aux Ministres Balthazar Bicamumpaka, Otto Rusingizandekwe, Thaddée Bagaragaza et Lazare Mpakaniye et, en dernier lieu mais sans être les moindres, André Sebatware Bourgmestre à l’époque et André Munyarugerero, un homme d’affaires prospère et influent[3]. C’est presque un fait qu’à l’époque Balthazar Bicamumpaka fut « en odeur de candidature », mais cela n’est demeuré que sous forme de rumeur dont j’ignore par ailleurs l’origine.

Le Président Kayibanda avait sans doute ses raisons pour geler la nomination d’un Vice-président. On peut soupçonner, entre autres, la crainte d’une éventuelle concurrence entre lui et son « vice-président.» Bref ce poste fut gelé jusqu’à être purement et simplement rayé de la Constitution révisée.

Source: Editions Sources du Nil

Le livre de Madeleine Raffin réveille la mémoire de l’un des éminents intellectuels rwandais, Saverio Nayigiziki!

11 septembre 2012

0 Commentaire

 

 
Justin Saveri (Xavier), alias Savio, alias Saverio
NAYIGIZIKI, alias NAIGIZIKI, alias « MARUMBA ».
 
« Le singe qui a avalé un français », écrivain Muhutu Rwandais de talent, francophone et latiniste.
 
1915 – 1984
 
 
Courte revue de son œuvre, avec anecdotes et références, en guise de complément à l’oeuvre de Madeleine Raffin.
Agaculama Analysis Agency (A.A.A.)
20120911
1/ Saveri Nayigiziki : Hutu, puis Tutsi, puis Hutu.
Dans son ouvrage « Rwanda, à quand la démocratie: 2 guerres civiles sur 1 génération » (2009, 137 pp.), Shingiro Mbonyumutwa écrit : « Vers les années 1956, après son inspection du territoire, l’administrateur a dit publiquement à Rukoma que, si les Européens avaient à leur disposition dix sous-chefs de la trempe de Mbonyumutwa, le Rwanda progresserait dix fois plus vite. Cela m’a été rapporté par un sous-chef ami (tutsi) progressiste, du nom de Birasa. Question : ‘1952, c’est loin ! Pensez- vous avoir été le premier sous-chef hutu ?’ Réponse : ‘Dans les mêmes conditions que moi, il y eut par exemple Alain Ugirashebuja et Saveri Nayigiziki. Le premier s’est fait Tutsi ; quant au second, je n’ai pas su pourquoi ni comment il a quitté. Apparemment, j’ai été un des rares sous-chefs hutu à ne pas renier mes origines ». (p.54). Donc, Nayigiziki était Hutu et est devenu Tutsi dans les années 1950, en « troquant d’ethnie ».
Dans son livre « Les crises politiques au Burundi et au Rwanda: 1993-1994 » (1995, 790 pp.), André Guichaoua écrit : « Xavier (Saverio) Nayigiziki est Hutu » (p. 129). Donc le Hutu Nayigiziki devenu Tutsi en devenant sous-chef, était redevenu Hutu après l’indépendance.
Ce fait est confirmé par les autorités belges de Tutelle. En effet, dans la version anglaise de l’ouvrage officiel « Ruanda-Urundi » (1960), publié par l’Office de l’information et des relations publiques pour le Congo belge et le Ruanda-Urundi, nous lisons « In 1949 Saverio Nayigiziki, Rwandese Hutu writer, was awarded the  » Prix de litterature coloniale  » of the Brussels Fair for his  » Escapade ruandaise  » which he rewrote later (1955) ». Donc, pour les autorités belges de Tutelle, Nayigiziki était bel et bien répertorié comme Muhutu.
2/ Saveri Nayigiziki : un nom, une plainte, un blasphème étouffé.
Dans son ouvrage « Je ne suis pas venu abolir mais accomplir » (1995, 200 pp.), l’auteur, le RP Bernadin Muzungu, donne la définition de l’anthroponyme Nayigiziki : « Nayigiziki (Que lui ai-je fait) est un anthroponyme parmi tant d’autres qui posent ce problème. La réponse habituelle est que la souffrance ou le mal qui ne vient pas de la méchanceté humaine ou des autres causes naturelles (…) Imana n’est jamais cause du mal ou du malheur » (p.42).
Dans la « Revue universitaire du Burundi: Volume 1 » (1972), publiée par l’Université officielle de Bujumbura, l’origine onomastique de l’anthroponyme Nayigiziki est confirmée en Kirundi : « L’interrogative : Nayigiziki. Quatre éléments dans ce nom : -nayi-kugira-iki . Le na est le prénom de la première personne du singulier, sujet du verbe kugira. ‘yi’ est un pronom qui tient lieu du nom IMANA et complément du verbe ‘kugira’. ‘Iki’ est un interrogatif qui signifie « quelle chose » ? Le tout décomposé est le suivant : « (IMANA) NA-YI-GIZE IKI ? = (IMANA) QUE LUI AI-JE FAIT ? » (pp.209-210).
Dans son ouvrage en langue anglaise, «Kinyarwanda and Kirundi names: a semiolinguistic analysis of Bantu » (1989, Mellen Press, 192 pp.), le Professeur Alexandre Kimenyi nous donne la traduction anglaise alambiquée de son nom : « Nayigiziki [nayigiziki] /ni-a-yi-gir-ye ike/ ‘what have done it to?’ I-pst-it (god)-do-asp what  » (p.82), et « Nayigiziki [nayigiziki] /ni-a-yi-gir-ye ike/ ‘what have I done to it (god)?’ I-pst-it-do-asp what » (p.86).
Dans son œuvre principale, « Escapade ruandaise: journal d’un clerc en sa trentième année » (1950, 208 pp.), Collection des « Prix annuels de littérature » de la Foire coloniale de Bruxelles (Editeur G. A. Deny, Volume 1), J. Saverio Naigiziki confirme la signification déprimante de son nom : « Toute ma vie repasse dans mon imagination, avec une conclusion toujours la même : partout déçu, toujours déçu, sans cesse déçu, et d’ordinaire à la veille d’une chance certaine. Mon nom lui-même, Nayigiziki : qu’ai-je fait à Dieu, que mon père découragé me jeta de dépit, est une plainte, un blasphème étouffé, une question étonnée à laquelle répondent éternellement d’éternels ennuis » (p.189). Il avait 30 ans en 1950 et traînait son nom comme un boulet enchaîné au pied.
Dans un second ouvrage, version complétée du précédent publiée cinq années ultérieurement, « Mes transes à trente ans : histoire vécue mais mêlée de roman » (1955, Groupe Scolaire d’Astrida, 487 pp.), écrite en deux tomes (Tome I : De mal en pis, 206 pp. ; Tome II : De pis en mieux, 281 pp.), on retrouve en couverture la forme J. Saverio Naigiziki au lieu de Nayigiziki. Le prénom du héros éternellement accablé d’ennuis est Justin. L’auteur donne une autre version de la signification de son nom : « Qu’ai-je fait à Dieu » (p.109).
Notons que, dans « Education et culture » (1978), publié par le Ministère rwandais de l’Education nationale, on retrouve trois orthographes différentes de son prénom : « De ces jeunes écrivains, NAYIGIZIKI Savio, est parmi les plus anciens que nous connaissons par sa pièce : L’Optimiste » (p.10), « NKONGORI Laurent, NAYIGIZIKI Saverio, et SEKAMONYO Raphaël (…) restent les seuls auteurs de référence » (p.16) et « Abazi SAVERI NAYIGIZIKI ntibayobewe ko mwe mu bituma atancyandika (…) » (p.24).
3/ Saveri Nayigiziki : quelques anecdotes d’un brillant homme.
Notons d’abord quatre œuvres principales de J. Saveri Nayigiziki.
·         « Escapade ruandaise: journal d’un clerc en sa trentième année » (1950, 208 pp.).
·         « L’optimiste : pièce en trois actes » (1954, 58 pp.).
·         « Mes transes à trente ans : histoire vécue mais mêlée de roman » (1955, 487 pp.) : il s’agit d’une reprise « augmentée » et « fignolée » de l’édition de 1950.
·         Les droits fonciers dans le Ruanda ancien » (1957), écrit avec Jacques Jérôme Pierre Maquet.
Dans son œuvre « L’homme et son oeuvre : actes du Colloque international, Kigali, 26 novembre – 2 décembre 1987 » (1988, 320 pp.), publié par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique du Rwanda, Mgr Alexis Kagame fait cette remarque : « Cette œuvre desservie par une plume alerte était aussi véhiculée par une élocution française indigénisée, à souhait, ce qui devait faire sourire Nayigiziki Saverio, son contemporain désigné par certaines méchantes langues comme un singe ayant avalé un français » (p.190).
Quant au chaud partisan de Mgr Alexis Kagame, l’historien Bonaventure K. Mureme, il nous rapporte cette anecdote dans son ouvrage « Manuel d’histoire du Rwanda à l’époque coloniale: Suivant le modèle Alexis Kagame » (2010, 592 pp.) : « Nayigiziki alias Marumba » (p.387).
Dans son livre « Linguistique et semiologie des langues au Rwanda II » (1982, 364 pp.), le chercheur à Université nationale du Rwanda (Groupe d’études et de recherches de linguistique appliquée), Joseph Nsengimana, nous rapporte ce fait cocasse : « Nayigiziki fut chassé du Séminaire pour, semble- t-il, avoir mal joué une scène de l’Avare de Molière » (p.166).
Dans son ouvrage « Réseaux, pouvoirs, oppositions: la compétition politique au Rwanda » (2003, 312 pp.) François-Xavier Munyarugerero écrit « A Gitarama, centre du pouvoir de la 1ère république, les relations politiques sont tendues et les ramifications de cette tension marginalisent Butare jugé trop ‘intellectuellistes’. Nayigiziki, écrivain francophone natif de Butare et secrétaire à l’assemblée nationale, fait état de la dégradation des rapports entre le parti au pouvoir et les populations en termes désabusés » (p.122).
Dans « Zaïre », Volume 7 (1953), nous lisons cette remarque : « Dom Guilbert affirme que les Noirs n’aiment pas les ‘linguae francae’, mais leur attitude n’est pas la même envers leur langue maternelle, à laquelle certains même sont farouchement attachés. Nous avons eu la curiosité d’interroger à ce sujet l’auteur du roman « Escapade Ruandaise », Saverio Nayigiziki, que Dom Guilbert cite parmi les Noirs qui manient brillamment le français. Il nous a déclaré : ‘Je pense dans ma langue et je parle en français’ » (p.604).
Dans son livre « Giti et le génocide rwandais » (2002, 260 pp.), l’auteur Léonard Nduwayo nous rapporte diverses anecdotes croustillantes sur Nayigiziki : « (…) le Petit séminaire de Karubanda avec son célèbre professeur de latin, Savério Nayigiziki, qui bien qu’alcoolique gardait une mémoire intacte et ne manquait pas d’humour. Nayigiziki passait la plupart de ses soirées derrière sa bouteille de Primus « Chez Mahenga » (surnom donné au propriétaire de l’hôtel-bar-restaurant appelé ‘Chez-nous’ en face de l’IPN). C’était un bistrot de quartier insalubre fréquenté par les étudiants de l’UNR et de l’IPN attirés par la bière bon marché et l’ambiance. Savério ,portait un cache-poussière qui ne le quittait presque jamais à l’image du célèbre comédien américain Peter Falk alias lieutenant Colombo à la recherche des meurtriers. Derrière son bagage intellectuel reconnu par la communauté littéraire internationale, ce philosophe Rwandais cachait beaucoup d’humour. Un jour, il fut appelé à la cour royale pour servir d’interprète lors de la visite du roi Baudouin au Rwanda. L’émissaire du roi Rudahigwa lui apporta le costume qu’il devait porter le jour de sa visite. Quand il est revenu le chercher à la date de l’entretien entre les deux monarques, l’émissaire constata que Nayigiziki ne portait pas le costume qu’on lui avait confectionné pour la circonstance. Il portait son cache-poussière habituel. ‘Pourquoi ne portez-vous pas le costume ?’ lui demanda l’émissaire. ‘C’est le costume que vous voulez ou moi ? répliqua Nayigiziki. Si c’est moi, je suis prêt, mais si c’est le costume, vous n’avez qu’à le reprendre, il fera le travail’. L’émissaire fut obligé de l’emmener dans sa tenue habituelle car le temps était compté. Il paraît qu’il a accompli sa tâche avec brio, si bien que la tenue vestimentaire est passée inaperçue ». Autre anecdote : « Un autre jour, il fut convoqué par l’évêque de Butare, monseigneur Jean-Baptiste Gahamanyi pour répondre à une plainte déposée par son épouse qui l’accusait de dilapider son salaire dans la bière sans nourrir  sa famille. Comme sanction, la moitié de son salaire fut versé directement à son épouse. Pour réagir à cela, Nayigiziki donna dorénavant ses cours jusqu’à la moitié du mois puis ne revenait plus jusqu’au début du mois suivant. Il fut convoqué de nouveau à l’évêché pour explication. ‘Je fais quinze jours correspondant à mon salaire, pour l’autre quinzaine c’est à l’autre qui touche la moitié qu’il faut s’adresser’, a-t-il dit. Son salaire lui fut à nouveau fversé en totalité » (pp.57-58).
Dans son remarquable ouvrage, « Sagesse rwandaise et culture de la paix » (2010, 350 pp.), Innocent Biruka, pour expliquer le proverbe rwandais [#327] « Uwuti w’ubutiindi ni ukwaanga guhemuka » (Le remède à l’indigence est de refuser toute malhonnêteté), nous rapporte cette expression de Xaverio NAYIZIKI : « Acheter l’âme de quelqu’un, c’est aussi vendre la sienne » (p.197). Nous ferons nôtre cette devise d’un sage du Rwanda.
Agaculama.
***********************************
Madeleine Raffin, Rwanda, un autre regard: trois décennies à son service, Collection « Mémoire collective, Editions Sources du Nil.(Format 14,8×21, 203p.) Prix: 15 euros. Vous pouvez le commander à partir de votre librairie ou en envoyant un e-mail à sources_du_nil@yahoo.fr, ou encore en faisant une commande en ligne à partir du site www.editions-sources-du-nil.eu.

Elle raconte les joies et surtout les peines, les catastrophes, pour mieux dire, qu’elle a vécu avec le Rwandais. Elle est Directrice de la Caritas-Gikongoro entre 1993-1997, c’est-à-dire qu’elle s’est occupée du flux des réfugiés de la zone Turquoise, elle a vécu l’occupation de cette région par le FPR lorsque les Français sont partis, elle a vu le massacre de Kibeho, et tant d’autres atrocités etc… Au milieu de tant de peines, elle décoche quelques portraits de Rwandais dont voici quelques uns…. (pp. 47-49)

Abbé Boniface Musoni

L’abbé Boniface Musoni, un grand Tutsi issu de famille royale, lui a succédé comme recteur. C’était un prêtre très intelligent et qui n’était pas contesté.
Il souffrait beaucoup d’asthme et avait des crises très préoccupantes. J’en avais parlé à Toulouse, au docteur Duboureau, qui soignait à l’Hôtel Dieu. Il m’avait proposé de le prendre en charge si cela s’aggravait. C’est ce qui s’est passé aux environs des années 75. Lors de l’une de ces crises, j’ai contacté le Père Descombes, vicaire général de Butare, en l’absence de l’évêque, lequel décida, sur ma proposition, de son transfert à Toulouse.
Je l’accompagnai en France dans des conditions précaires, mais nous arrivâmes finalement sans difficulté majeure à Toulouse. Nous nous rendîmes à l’hôtel Dieu, le plus ancien des hôpitaux de Toulouse qui fonctionnait encore à cette époque.
Ce qui va sans dire, c’est que, si le médecin voulait bien le soigner bénévolement, il en était tout autrement de la direction de l’hôpital. J’allai trouver la directrice à qui j’ai dû expliquer que je considérais que cet homme était en danger de mort et que j’avais tenté de le sauver. Elle me répondit :
–                   Moi aussi, si je préfère me faire soigner en Amérique, je n’ai qu’à y aller et leur dire que je suis incapable de payer.
Je lui rétorquai :
–                   Ici il n’est pas question de choisir, dans son pays on ne peut pas le soigner. C’était l’amener ici ou le laisser mourir, alors que j’avais une proposition du médecin.
Elle s’est excusée et m’a promis de faire tout ce qu’elle pourrait. La prise en charge fut entièrement gratuite.
L’abbé Musoni a vécu 20 ans de plus… C’est pour me remercier que sa cousine, l’ancienne reine Rosalie, qui habitait Butare, a tenu à organiser une petite fête.

Le poète Xavier Nayigiziki

Je quittais Kansi en 1979, pour Butare. J’ai pu y côtoyer à cette époque une personnalité haute en couleur, un poète, Xavier Nayigiziki. Je l’avais déjà connu à Save. Ce Tutsi autodidacte était connu pour ses excentricités et son franc-parler. Pourtant ses discours étaient toujours appréciés, il avait l’art de la parole, pur produit de cette civilisation orale. Lors de la visite du roi Baudouin de Belgique à Butare, on lui avait donné (Lire la suite)

« Rise above hate »  J.C.

Eugène Shimamungu
Site: http://www.editions-sources-du-nil.eu/
Blog: http://www.editions-sources-du-nil.com/

T h e   « A g a c u la m a   A n a l y s i s   A g e n c y »   (A.A.A.)

De Rwakagara à Paul Kagame : l’histoire d’une famille très puissante (JB Nkuriyingoma)

15 juin 2012

1 Commentaire

 

L’actuel chef d’Etat rwandais, le général major Paul Kagame, tient (en partie) sa légitimité de ses origines familiales. Il ne lui suffit pas d’être un ancien commandant de la rébellion qui a pris Kigali le 4 juillet 1994, il fallait aussi qu’il soit un leader naturel pour les rebelles du FPR qui sont les descendants des nobles tutsi évincés du pouvoir par la révolution de 1959. C’est en lisant les ouvrages récents de Bonaventure Mureme Kubwimana sur l’histoire du Rwanda que j’ai compris que Paul Kagame est de la famille des personnalités politiques qui ont beaucoup marqué l’histoire du Rwanda depuis 150 ans. Peut-être la famille la plus puissante de l’histoire rwandaise depuis la seconde moitié du 19ème siècle. Bien plus que la famille royale des Bahindiro qui a perdu toute sa force dans le coup d’état de Rucunshu. Dans les lignes qui suivent je vais raconter brièvement comment cette puissance est née.

L’affaire Murorunkwere et le conseil de Rwakagara

Au début c’est une intrigue comme il en a existé d’autres. Une intrigue savamment orchestrée par la cour royale sous le règne d’un certain Kigeri IV Rwabugiri. L’intrigue concerne la première dame du royaume qui était à cette époque la reine-mère, càd la mère du roi (pour la plupart du temps). Cette dame s’appelait Murorunkwere et venait du clan des Bakono. A l’intronisation de son fils elle devait avoir à peu près 28 ans car Rwabugiri est devenu roi très jeune (entre 10 et 12 ans). La tradition voulait qu’en étant reine-mère elle ne pouvait plus coucher avec un homme puisqu’on supposait qu’elle devait être veuve du dernier roi défunt. Pourtant Murorunkwere était une des épouses du prince Nkoronko, le père de Rwabugiri (on raconte que ce n’était pas tout-à-fait son père mais c’est une autre histoire). Donc en devenant reine-mère Murorunkwere n’était plus l’épouse de Nkoronko car elle ne pouvait plus coucher avec lui.

[...]

Imyaka 50 y’Ubwigenge bw’u Rwanda : Uko Padiri Stanislas Bushayija yahanuye Revolution n’intzinzi yatanze!

11 juin 2012

0 Commentaire

drapeauvrwanda.gif kigeliv14.jpg

rwandaarmoiriesv.gif

drapeaurwanda1959svg.pngkigelivarmoirie4.jpg

 

« Hakwiye kubaho politiki ishingiye kuri compromis, bitabaye ibyo revolusiyo nta wuzayisubiza inyuma ! ».

 

Uko niko twashyira mu ncamake impanuro za Padiri Stanislas Bushyayija, mbere gato y’uko revolusiyo yo muri 59 ibaho. Usomye inyandiko ya Padiri Bushyayija, ntiwatekereza ko ari Umututsi wandikaga, nyamara ariko umuhanuzi nyawe burya ntagira ubwoko. Padiri Bushayija yari Umututsi w’umwimerere, ariko kwiha Imana nta kindi abibangikanyije byamuhaye kugira ururimi ruvuga ukuri.

 

 Ibyo Padiri Bushyaja yanditse mu mwaka w’1958, hashobora kubonekamo imyumvire imwe n’imwe itari yagasobanutse neza muri icyo gihe, ariko ntibibuza ko inyandiko ye yarimo Ubuhanuzi. Mu mwaka wa 1959, Umwami Kigeli V Ndahindurwa yimye ingoma, afata icyemezo cyo gushyira mu ngiro inama zose Padiri Bushayija yari yatanze kugira ngo hirindwe ko habaho revolusiyo. Kigeli V yiyemeje kuba umwami ugendera ku itegekonshinga. Bityo yari aciye burundu ibibi dushobora gusanga mu muco gakondo bidahwitse, hanyuma kandi yiyemeza kufata ingamba zituma  u Rwanda rutaranduranwa  n’imizi yose. Ibyiza byari mu muco gakondo byagombaga nabyo kutibagirana.

 

 Impande zose icyo kibazo cyarebaga ntizoroheye Umwami. Hari abatutsi bamwe (n’abahutu birumvikana) bakaniye bemeza ko ibya kera bigomba gukurikizwa uko byakabaye. Abo nibo bananije Umwami Kigeli V bikomeye. Ababakomokaho, aribo biyise FPR Inkotanyi, nta somo ry’amateka bigeze bamenya. Ubuhanuzi bwa Padiri Bushayija babuteye ishoti, ubu bimitse mu Rwanda ibyavugwaga byose ku bishobora guteza revolusiyo. Abandi batoroheye Umwami Kigeli mu ivugurura yari yatekereje ni abahutu n’abarwanashyaka babo. Babonye ko hari igice cy’abatutsi bakomeye ku bya kera, maze nabo ntibatindiganya batangira revolusiyo ya 1959.

 

Ese ntihari hakiriho umwanya wo gushyira ubwenge ku gihe no gukurikira gahunda z’Umwami Kigeli ngo zishyirwe mu bikorwa ? Umwanya wari ukiriho, ariko Igihugu cyari gikolonije u Rwanda cyahise kibyivangamo, chance yo kwirinda ko habaho amakimbirane irayoyoka, Umwami ahambirizwa n’Ababiligi ku bw’impamvu bwite zari zizwi nabo icyo gihe. Ese ubungubu haba hakiriho chance yo kwirinda ko habaho indi nkundura yasenya byinshi mu Rwanda ? Iyo chance iracyariho kuko Umwami Kigeli nawe akiriho, kandi ibyo yari yariyemeje yima kugira ngo abungabunge amahoro mu Rwanda na n’ubu akaba akibifite ku mutima. Ese aho abagize FPR birunduriye mu bya kera bambitse umwambaro wa repubulika bazemera ko Umwami Kigeli ashyira mu ngiro imigambi yo kuzahura igihugu yari yateguye ? Haba aha Mana, ariko ukurikije imikorere ya FPR muri iki gihe ntizemera ko Umwami atabara u Rwanda. Ese abahangaye ne FPR bazakira kudakoreshwa n’umujinya maze bemere ko Umwami abafasha kuvuguta umuti wo kwirinda ko igihugu cyorama ? Haba ha Mana ko abari muri « Opposition » bakwakira igitekerezo cy’umwami cyo kubafasha gushaka uburyo ibibazo biri mu gihugu birangira imbaga itagombye korama.

 

 Ariko ngo nta kidashoboka, nta n’uvuma iritararenga. Reka rero turebere hamwe ibyo Padri Bushayija yahanuriye u Rwanda mu mwaka wa 1958, maze tunabonereho kureba niba ibyo yavugaga muri iki gihe bitaba byaragarutse kandi bikaba bisurira akabi u Rwanda n’abaturage barwo ! Inyandiko ya Padiri Bushayija yitwaga « Aux origines du Probleme Bahutu au Rwanda » yasohotse mu kinyamakuru La revue Nouvelle mu 1958, twayihinduye mu kinyarwanda tugerageza kuvuga ku buryo buhuye bishoboka n’uko ibitekerezo by’umwanditsi byatanzwe.

 

Inkomoko y’ikibazo gikomereye Abahutu mu Rwanda. (Stanislas Bushayija)

 

Igihe Umututsi aje agashinga ihema rye ku nkiko z’u Rwanda, ubu hashize imyaka myinshi cyane, nta kigaragaza ko umuhutu wari wararangije gushinga ibirindiro mu gihugu yaba yarigeze agira umugambi wo kumusubiza iyo yaturutse. Umusuhuke w’umuhamiti (nomade hamite) yaje nawe mu byukuri atagamije kwigarurira igihugu yitwaje intwaro, nta n’ubwo rwose yaje agamije gukoloniza igihugu yitwaje ko cyaba gituwe n’abasigaye inyuma cyangwa se abatazi amajyambere ; ahubwo yari umushumba w’amatungo wishakira urwuri rw’amashyo ye, ndetse yabaga yituguye kwemera guhara bimwe mubyo atunze kugira ngo yemererwe gutura ku butaka bw’abo yaje asanze.

 

Umututsi yashoboye kwinjira mu gihugu, agicengeramo buhoro buhoro kugeza ku mutima rwagati, ndetse ageza aho ruto ruto yaje guhinduka umutware wacyo.

 

Amaze gufata ubutegetsi, kuva icyo gihe ntiyongeye kuburekura.

 

[...]

Ijambo « Rukokoma » ngo ryaba risobanura « Gutsemba » mu rugande!

1 juin 2012

0 Commentaire

 

Abazi ururimi rw’ikigande ubu bari kwandika bemeza ko ijambo “Rukokoma” rikomoka i Bugande, rikaba risobanura “Gutsemba”! Abazi iby’indimi basabwe  gusobanurira abanyarwanda aho ijambo rukokoma rikomoka by’ukuri kimwe n’icyo ryaba risobanura!

Ijambo

******************

Caricatures du Rwanda (musabyimana.be)

rukokoma dans

Umuseso n° 160 du 13 au 18 janvier 2004La caricature montre les représentants des pricipales banques du pays en difficultés par manque de liquidités suite aux créances douteuses accordées. Ils sont invités dans une conférence de presse à la Banque nationale du Rwanda (BNR) avec la consigne de dire que tous les crédits ont été remboursés par leurs clients.

Umuseso n° 361 du 22 au 29 juin 2009

Ici le président rwandais Paul Kagame est présenté comme un roi avec ses courtisans qui l’encensent après l’avoir enveloppé, à sa demande, d’une peau fraîche d’un animal. Quand celle-ci a séché, elle a commencé à serrer et le roi en souffrance n’a pas pu être sauvé car ses partisans avaient peur qu’en délivrant leur roi, ils commettraient probablement un crime de lèse-majesté.

Umuseso n°369 du 17 au 24 août 2009

La caricature illustre un article intitulé : “Comment Kagame est-il devenu un dictateur ?”. A part son parti le FPR, les autres formations sont inexistantes : l’opposition politique est représentée par un homme sans jambes, les partis inféodés au FPR sont regroupés au sein d’un forum sans droits de tenir leur congrès. Ils sont représentés par un homme sans tête.

umuseso n°384 du 30 novembre au 07 décembre 2009

Le Front patriotique rwandais (FPR), après avoir muselé la presse et l’opposition politique, s’en est pris à l’Eglise catholique. Il a voulu la mettre sous son aile, sans succès.

Umuseso n° 387 du 21 au 28 décembre 2009

Suite aux mandats d’arrêts lancés contre des officiers supérieurs proches du général Paul Kagame pour leur participation présumée dans l’attentat contre le président Juvénal Habyarimana et l’équipage de son avion qui était composé de pilotes français, le Rwanda a fait volte face. Il banni le français comme langue d’enseignement pour le remplacer par l’anglais. En lieu et place de la francophonie, il a adhéré au Commonwealth.

Umuseso n° 392 du 25 janvier au 01 février 2010Les élections présidentielles de 2003 comme celles de 2010, ont été caractérisées par des fraudes massives. Victoire Ingabire, présidente du parti FDU-Inkingi, est arrivée au Rwanda en janvier 2010. Elle voulait se présenter comme candidate à la présidence de la République. Ici, la caricature l’imagine en train de dire : “Vous avez triché, je suis la gagnante des élections”. On voit sur la photo les cadres du FPR en train de ricaner derrière le président de la Commission électorale qui affirme, sans sourciller, que c’est celui qui a perdu les élections qui doit gouverner le pays.
Umuseso n° 362 du 25 janvier au  01 février 2010Le journal Umuseso avait inventé un terme  : ”FPR iratekinika”, littéralement  : ”Le FPR fait de la technique”, pour signifier que ce parti se livre aux sales manoeuvres, aux coups bas, pour se débarasser des ses adversaires politiques. Ici, la caricature fait allusion à la tentative du FPR de détruire le parti PS-Imberakuri de Me Bernard Ntaganda et des menaces faites aux bailleurs pour qu’ils n’acceptent pas la location de leurs villas par Victoire Ingabire, présidente du parti FDU-Inkingi.
Umuseso n° 392 du 25 janvier au 01 février 2010Autour d’un verre, les deux hommes papotent. Le premier dit que ce qui se passe dans ce monde est mystérieux. L’autre lui répond :  ”Non ce n’est pas du mystère mais de la “technique” (i.e. manigances du FPR)
Umuseso n° 393 du 01 au 08 février 2010La caricature met en scène Paul Kagame psalmodiant : “Celle-ci aurait pu être une bonne intore (i.e. les milices du parti FPR). Mais ce n’est plus possible. Il reste à recourir à la “technique” ». Victoire Ingabire, présidente du parti FDU-Inkingi, en maillot de footballeur,  dit au général Kagame : “16 ans de mensonges, c’est trop. Viens on va sur le terrain (démocratique) et je te montre le jeu limpide que j’ai appris à Amsterdam (Victoire Ingabire résidait au Pays-Bas, un pays démocratique, avant de se rendre au Rwanda).

Umuseso n° 395 du 15 au 22 février 2010A son arrivée au Rwanda, Victoire Ingabire devait aller se faire enregistrer auprès des autorités communales de son lieu de résidence dans la ville de Kigali. Arrivée sur les lieux, le pouvoir avait mis des milices aux aguets qui l’attendaient pour l’agresser. Le plan fut exécuté et on voit Victoire Ingabire entrant précipitamment dans sa voiture pour se sauver et disant au chauffeur : “Démarre, les milices du régime veulent me tuer”. Lors de son agression, son sac à main lui fut arraché. L’un des miliciens tenant une massue dit : “Elle nous a échappé, mais je rentre avec mes dollars (salaire)”.

Umuseso n° 396 du 22 février au 1 mars 2010 0Au Rwanda, le sexe rime avec pouvoir. Des scandales de moeurs ont été rapportés par le journal Umuseso entre des hauts dirigeants du pays.

Umuseso n° 396 du 22 février au 01 mars 2010La caricature montre les cadres du FPR, lors d’une réunion, en train  de comploter contre les opposants politiques Victoire Ingabire (FDU-Inkingi), Bernard Ntaganda (PS-Imberakuri) et Frank Habineza (Green Party). Ils disent : “Si la “technique” ne réussit pas, on va recourir à l’instrumentalisation des “génocidaires” qui sont dans notre administration. Comme Stanley Safari nous a aidés à détruire le MDR, on va demander à ses congénères de nous aider à détruire ces partis d’opposition”.

 

Umuseso n° 397 du 01 au 08 mars 2010L’un des hommes demande à son ami : “Vu qu’on parle du génocide des Tutsi, qu’est-ce qu’on reproche à Victoire Ingabire (elle a été accusée de divisionnisme pour avoir dit qu’il y avait également des massacres des Hutu et qu’eux aussi méritent justice)”. L’autre lui répond : “Bien que je sois au dessus des querelles ethniques, néanmoins je suis d’avis que les éthnies sont une réalité qu’il ne faut pas nier”.

Umuseso n° 399 du 15 au 22 mars 2010

Paul Kagame tourmenté par la fuite du général Kayumba Nyamwasa.

Umuseso n° 400 du 22 au 29 mars 2010Représenté par un cochon avec un grand groin, André Bumaya, ex-ministre des Affaires étrangères du Rwanda, partit en exil au mois de mars 2010 suite aux démêlés avec le président Kagame. Il était membre du Parti démocratique idéal (PDI), ex-Parti démocrate islamiste.

Umuseso n° 400 du 22 au 22 mars 2010Les deux compères parlent de la mort du général Fred Rwigema tombé sur le champs de bataille aux premiers jours de la guerre en octobre 1990. Sa mort reste mystérieuse. L’un des hommes dit que la mort de Rwigema est normale, en temps de guerre. L’autre lui dit que le problème est que ce n’est pas le FPR qui a tiré sur lui. Alors la question reste posée : Qui a tué Rwigema?
Umuseso n° 401 du 29  mars au 04 avril 2010La dictature qui règne sur le Rwanda pèse lourdement sur les Rwandais. L’un des hommes la justifie par le fait même que le FPR a gagné la guerre. L’autre lui répond que le problème est tellement grave que même au sein du FPR, certains membres ont préféré jeter l’éponge.

Umuseso n° 401 du 29 mars au 05 avril 2010Suite à ses brouilles avec la France, le président rwandais, Paul Kagame, a fait basculer le pays dans le Commonwealth. Et les Français auxquels ils tournent le dos, et les Anglais vers lesquels ils se tournent, tous les deux trouvent qu’il n’est pas sérieux.

Umuseso n° 401 du 29 mars au 04 avril 2010La caricature illustre un article intitulé : “Kagame a construit dans les cîmes en oubliant que la force d’un arbre vient de la solidité de ses racines”. La question que se pose un vieil homme sous les branches de l’arbre est : ”Qu’arrivera-t-il quand les racines vont céder?”.
Umuseso n° 402 du 05 au 12 avril 2010 Dans un des moments de colère qui ponctuent souvent ses discours officiels, le président Paul Kagame a juré qu’au besoin, il utiliserait un gros marteau pour écraser une mouche. Il faisait alors allusion à son opposante politique, Victoire Ingabire, qui voulait être son challenger aux élections présidentielles de 2010.

 

Umuseso n° 402 du 05 au 12 avril 2010La caricature montre une dame qui est révoltée par la main-mise du FPR sur IBUKa, une association des réscapés du génocide. La caricature illustre un article intitulé : “La façon dont Ibuka est tombée dans le piège du FPR”.

 

Caricatures d’Agaculama sur P. Kagame

RTEmagicC_20100728_RWAKAGAME_PDTelection_t__te_isol__R_e_maigre_01.png
PDTelection tête isolée maigre

 

RTEmagicC_KAGAME_Paul_DMI_AU_DARFOUR_001_e1lHQT3_1_.jpg
Kagame Paul DMI au Darfour

 

RTEmagicC_KAGAME_Paul_The_last_countdown_002_75__AMI.jpg
KAGAME Paul The last countdown

 

RTEmagicC_KAGAME_miroirs_d__R_formants_001AMI.jpg
KAGAME miroirs déformants

 

RTEmagicC_KOUCHNER_ET_KAGAME_LES_FOUS_h_4_ill_1004237_kouchkagame_1_.jpg
KOUCHNER ET KAGAME

 

RTEmagicC_KagameMacro_contre_KagameMicro_red_001AMI.jpg
Kagame Macro contre Kagame Micro

 

RTEmagicC_Kagame_cartoon_face__a_lui_m__me.png
Kagame cartoon face à lui-même

 

RTEmagicC_Kagame_imaandwa_with_broken_glasses_610x_1__agacos.jpg
Kagame imaandwa wit broken glasses

 

RTEmagicC_P8081598_Kagame_fixit__R__du_regard_02AMI.jpg
Kagame fixité du regard

 

RTEmagicC_kagame-speaking-serious_1__face___R_troite_gauche.gif
Kagame-speaking-serious

 

RTEmagicC_kagame_diabolo_001AMI.jpg
Kagame Diabolo

 

RTEmagicC_kagame_duplique_monstrueux_001AMI.jpg
kagame_duplique_monstrueux

RTEmagicC_paul_kagame.et_ses_cornus_comment__R___1__20_.jpg
Kagame et ses cornus commenté

 

RTEmagicC_akazu_kagomiste_01_-_copie.jpg
Akazu kagomiste

 

Caricatures1

RTEmagicC_gusya_kaga.jpgL’illustration de Flavien Lizinde (FlavLiz): “Politiki yacu izi gusya” (“notre politique de broiement”), s’inspire du discours du Président Paul Kagame prononcé à Bwisige (Byumba) le 31 mars 2003, qui avait promis aux Rwandais, et surtout aux réfugiés et opposants rwandais (exilés), de les “blesser” (“gukomeretsa“) et de les “broyer” (“gusya“) comme les grains de maïs ou de sorgho.

__________________________________________________________

RTEmagicC_poisson_01.jpg

Les Conférences Nationales et Souveraines étaient en vogue en Afrique noire dans les années 90. Au Rwanda, certains opposants politiques en avaient fait leurs slogans. Le Journal montre le Président Habyarimana fuyant à l’approche de Rukokoma (la Conférence Nationale) représentée par un cétacé (Le Tribun du Peuple n° 14 Janvier I 1992).

caricatures2

RTEmagicC_Kanguka_O.JPGLe journal pro-FPR KANGUKA ridiculise un membre de la CDR en lui prêtant les mots : “Par les pouvoirs me conférés par mon gros nez, je vais m’opposer aux Tutsi jusqu’à ma mort” (Kanguka n° 5 du 27/04/1992).

___________________________________________

RTEmagicC_eliezer.jpgEliézer Niyitegeka était de ceux qui soutenaient Faustin Twagiramungu pour la tenue d’une Conférence nationale (Rukokoma). Ici il dit à la population: “Attention Rukokoma arrive”. Ses interlocuteurs lui répndent : “Attention les élections arrivent”; “Nous allons faire un vote”. Le journal Umurwanashayaka insinue que la Conférence nationale est un raccourci voulu par l’opposition politique pour arriver au pouvoir sans passer par des élections (Umurwanashayaka n° 12 de septembre 1191, p. 22).

 

_______________________________________________________

RTEmagicC_inkland.jpgLe journal pro-FPR Kanguka montre la partie occupée respectivement par les combattants du FPR et les militaires des FAR au Mutara tout près de la frontière ougandaise. La partition est signalisée par une ligne en zigzague. Le titre de la caricature est : “La vérité a triomphé”.  Le président Habyarimana au micro dit :”Nous avons été attaqué à l’improviste”. La réplique est : “Ce langage ne tient plus”. Habyarimana enchaîne : “Plutôt nous avons été pris au dépourvu. J’ai tout fait mais une partie du pays a été conquis comme cela se passe dans les autres guerres en Afrique” (dernière page de couverture de Kanguka n° 69 du 6/11/1992).

 

___________________________________________

 

   RTEmagicC_Kanguka__.JPGUbalijoro Bonaventure, un des cadres du parti MDR, avait un projet d’élevage porcin avec un certain Kayinamura Charles  alors Drecteur de la sucrerie de Kabuye. Le projet a foiré à cause des chicanes politiciennes, le premier étant du MDR, le second du MRND (Kanguka n° 57 du 27/4/1992).

__________________________________________

RTEmagicC_Kanguka_n.JPGLe type en train d’être tabassé est supposé être un Inkotanyi du FPR. Alors que l’homme à la cravate dit : “Casses lui la tête c’est un Inkotanyi”, l’autre répond :”Cet homme je le connais, c’est un voisin, ce n’est pas un Inkotanyi” (Kanguka n° 57 du 27/04/1992).

 

________________________________________________________

RTEmagicC_Kangura__uj.JPGL’homme d’affaires Silas Majyambere a pris le large quelques jours avant l’attaque du Rwanda en octobre 1990. A Bruxelles en Belgique,  il avait fondé un parti, l’UPR (Union du peuple rwandais) qui avait signé une alliance avec les agresseurs. Le journal KANGURA le présente comme un roi nazi (Kangura n° 12 de mars 1991).

 

 

 

_______________________________________________________________

RTEmagicC_Kangura_qd.JPG

L’homme politique du MDR dit à ses adhérants :”Faire de la politique avec Habyarimana, ce n’est pas facile. Il va nous battre dans les éléctions. Même la Conférence nationale (Rukokoma) va se retourner contre nous”. L’un des adhérants lui manifeste ses inquiétudes car c’est en lui qu’il fondait ses espoirs et s’étonne de ce qu’il a de la trouille. Son camarade dit :”Je vais regagner le MRND renové, ailleurs, rien ne va” (Kangura n° 21 d’août 1991, p.12).

________________________________________________________

RTEmagicC_expr.jpg

La caricature fustige la corruption qui était pratiquée dans l’expropriation pour des parcelles cadastrales à Kigali. Le fonctionnaire dit à la vieille femme : “Je vais marquer que ta hutte vaut 500.000 francs rwandais. Quand tu aurs la somme, on va la partager” (Umurwanashyaka n° 10 d’août 1991, p.19).

_____________________________________________________

RTEmagicC_karwera.jpg

Le journal Umurangi, proche du parti d’opposition MDR, pensait qu’à un certain moment il y avait des chicanes au sein des ténors du parti MRND notamment entre le Colonel Nsekalije et Mme Karwera Spérantie. On voit Nsekalije menaçant Karwera insolemment en lui pointant rageusement le doigt (Umurangi n° 002 du 19 octobre 1991, p.2).

 

__________________________________________________________________

RTEmagicC_Kangura_k.JPG

 

Le journal Kangura soupçonnait Jean Pierre Mugabe, propriétaire du journal “Le Tribun du Peuple” d’être un infiltré du FPR dans le MDR. Il le comparait à une chauve-souris; le terme traduit en Kinyarwanda symbolise un opportuniste. C’était en été 1991. Cela s’est réalisé car Mugabe n’a pas tardé à rejoindre le FPR (Kangura n° 21 d’août 1991, p.12).

 

_______________________________________

RTEmagicC_icha.jpg En 1991, il a été introdut au Rwanda un impôt sur le chiffre d’Affaires (I.CH.A). Il était appliqué sur tout produit acheté. Les prix ont alors flambé. La commerçante dit à la vielle : “Le savon coûte 40 FRW plus 10 FRW pour l’I.CH.A. La vieille, qui n’y comprenait rien, comme d’ailleurs la majorité de Rwandais,  dit : “Laisse cette gazelle (ISHA), car je n’ai plus les dents pour manger de la viande” (Umurwanashyaka n° 11 de septemebre 1991, p. 18).

Caricatures3

Ijambo  dans Divertissements&Sports

Logo et publicité du journal ISIBO du journaliste Sixbert Musangamfura

______________________________________

RTEmagicC_equilibre.jpgLe journal Umurwanashyaka n°11 de septembre 1991 (p. 3) se pose des questions sur les propos du parti PL. D’un côté, il soutient  la compétence et non l’équilibre dans l’octroi des postes de responsabilité. De l’autre, il réclame que ces postes soient partagés avec les agresseurs.

__________________________________________

RTEmagicC_meetingpg.jpgDonat Murego dans un meeting du MDR. Dans son discours, il rappelle que son parti a été toujours du côté de la population et qu’en 1973, il été radié abusivement. Les militants désaprouvent ces propos (Umurwanashayaka n° 12 de septembre 1991, p. 12).

 

_______________________________________

RTEmagicC_niyitegeka.jpgCritique du premier meeting du parti MDR. Eliézer Niyitegeka, présenté en footballeur, dit, après ce meeting, que son parti a déjà gagné un sur zéro (Umurwanashayaka n° 10 d’août 1991, 1ère page de couverture).

_________________________________________________

RTEmagicC_umurang2.JPG

Sur la caricature on voit Dismas Nsengiyaremye, alors Premier Ministre dire : “On va détroner Kinani (Habyarimana) par la démocratie”. S’adressant au militaire à ses côtés, il dit :”En attendant le résultat des négociations, stoppe l’avancée du FPR et montre lui que le Rwanda a des jeunes qu’on peut mobiliser pour combattre”. Quant aux combattants du FPR en armes, ils détruisent tout à leur passage et souhaitent le départ des Français (Umurangi n° 10 du 22 août 1992, p.10).

____________________________________________

RTEmagicC_umurwanashy_4_-_Copie.JPG

L’homme dit : “Je me donne l’objectif de noyer la justie dans le lac Kivu” (Umurwanashyaka n° 12 septembre 1991, p.18).

_____________________________________________

RTEmagicC_umurwanashy_Rukok.JPG

 

La caricature montre Faustin Twagiramungu sur un ring défendant son idée de la Conference nationale “Rukokoma” (Umurwanashyaka n°11 de septembre 1991, 4ème page de couverture).

_________________________________________

RTEmagicC_umurwanashy_gis.JPGEn 1991, en pleine guerre, le journal pro-MRND UMURWANASHYAKA relevait une entente tacite entre les partis MDR et PL. La caricature montre Habyarimana dire à aux responsables des ces deux partis :”Aidez-moi à faire comprendre à nos agresseurs qu’ils doivent rentrer en paix sans tirer sur la population civile”. Les autres répondent : “C’est ton affaire; nous avec les Inkotanyi, nous voulons la Conférence Nationale” (Umurwanashyaka n° 12 de septembre 1991, 1ère page de couverture).

______________________________________________

RTEmagicC_umurwanashy_kub.JPGLe Kubohoza est une pratique initiée par le parti MDR et consistant à faire adhérer par force des personnes dans cette formation politique. Le journal UMURWANASHYAKA caricature le commerçant Ngombwa de la commune Sake (Kibungo). Il est en train de soudoyer ses acolytes pour les actions de violence envers les adhérants du MRND (Umurwanashyaka n° 11 de septembre 1991, 11).

___________________________________________________

RTEmagicC_umurwanashy_mug.JPG

Justin Mugenzi, Président du PL, en route pour rencontrer les agresseurs du Rwanda. Il dit : “Je vais rencontrer ceux qui attaquent le Rwanda et vous verrez que la guerre va s’arrêter au lieu de passer le temps à dénoncer Museveni”. Les victimes de la guerre se demandent pourquoi il fait cavalier seul (Umurwanashayaka n° 11 de septembre 1991, 1ère page de couverture).

____________________________________________________

 

RTEmagicC_umurwanashy_ruk.JPG

Faustin Twagiramungu fut un opposant politique redoutable au Président Habyarimana. Il était partisan de la tenue d’une Conférence nationale (Rukokoma). Le journal pro-MRND lui prête les propos : ”La conférence nationale est nécessaire. Si elle ne se tient pas, ni moi ni Eliézer, personne d’entre nous ne peut avoir un poste car nous avons été découverts” (Umurwanashayaka n° 11 de septembre 1991, p.8).

____________________________________________________

RTEmagicC_Caric_Rkokoma_enfants.jpg

Les petits mendiants brandissent Rukokoma (Conférence nationale) pour obtenir quelque chose de Faustin Twagiramungu qui en avait fait son dada. ll leur répond : “Ne vous en faites pas, je vais la réclamer pour vous”. Le journal insinue qu’alors qu’il n’a rien donné à ces mendiants affamés, il leur promet Rukokoma (Umurwanashayaka n° 12 de septembre 1991, p.22).

 

 

_________________________________________________

RTEmagicC_Repub10001.JPGLa caricature prête au Président Habyarimana des mots défendant un dirigeant conspué par la population (Republika n° 6 du 21/9/1991, p.6).

 

 

 

_______________________________________________

RTEmagicC_Repub4.JPGAu Rwanda, la guerre a séparé certains couples mixtes hutu-tutsi. La caricature montre un homme reprochant à sa femme de de l’avoir menti et même de l’avoir trahi. La femme répond :”Je ne t’ai pas menti, tu t’es trompé toi-même et tu t’es trompé sur ma personne. Je ne peux pas accepter que mes frères restent indéfinement dans l’exil”. Le domestique dit à l’homme : “Que cela te serve de leçon. Tu as pris une foudre dans ta maison. Comment as-tu pensé à aller demander la main dans une famille qui n’est pas de votre rang” (Republika n°6 du 22 septembre 1991, p. 12).

Caricatures4

RTEmagicC_Imvaho_sucre_-_Copie.JPG

Grève à la sucrerie de Kabuye. L’inscription du tableau dit :”Kagaba [le directeur] nous a malmené depuis longtemps. Nous ne le voulons pas”.

 

 

 

____________________________________________

RTEmagicC_ethnies.jpg

Les trois ethnies du Rwanda vues par Kangura  n° 12 de mars 1991, à la 1ère page de couverture.

__________________________________________________________

RTEmagicC_icyimanizanye1.jpgLe journal pro-MRND Umurwanashyaka montrant Ikimazanye, cadre du parti PSD, distribuant des massues cloutées aux adhérants de son parti. Le premier les prend, les suivants refusent et désaprouvent cette incitation à la violence (Umurwanashyaka  n° 12 de septembre 1991, p.3).

 

 

 

_____________________________________________________

 dans HistoireLa justice est symbolisée par une femme nue dont la tête est une balance (Nyabarongo du 13 mai 1991 p.11).

 

 

_________________________________________________________________

RTEmagicC_Horreur_Tribun_-_Copie.JPG

Les violences dans la commune KIbilira vues par le Tribun du peuple n°7 de septembre 1991, p.1.

___________________________________________

 dans Société

Après le déclenchement de la guerre en octobre 1990, le Président Habyarimana a eu beaucoup de rencontres avec le Président Museveni qui soutenait les agresseurs du Rwanda, pour voir comment arrêter la guerre. Habyarimana a été roulé jusqu’à la dernière minute par un discours apaisant de Museveni.
Le titre de la caricature est : “Museveni se bat pour pour un morceau de pâte dans le panier”. Habyarimana dit à son collègue : “Vous nous avez pris une partie du pays. Maintenant vous voulez nous prendre aussi même la partie restante”. Museveni lui dit : “La vérité c’est la force, car notre amitié n’est pas sincère” (caricature Umuranga n° 37 du 30 juillet 1991, p. 1).

_______________________________________

RTEmagicC_Kanguka_b_-_Copie.JPG

Eliézer Niyitegeka du parti MDR fusitigeant les journalistes de l’Office Rwandais d’Information (Kangura n° 21, Août 1991).

______________________________________________

RTEmagicC_carc1_-_Copie.JPG

 

En 1992, en pleine négociation d’Arusha, les partis CDR, supposé hutu, symbolisé de ce fait par quelqu’un avec un gros nez et le PL supposé tutsi, symbolisé par qulqu’un avec un nez aquilin, se gratulent. L’homme de la CDR dit à celui du PL : “Notre mésentente n’est pas fondée. Ce n’est pas la forme du nez qui construit le pays”. L’homme du PL dit : “Nous sommes donc d’accord”. Les deux partis se disputaient la direction de l’Assemblée Nationale de Transition (Umurangi n° 10 du 22 juillet 1992).

__________________________________________
RTEmagicC_umurang3_-_Copie_01.JPG
Le journal pro-MDR symbolise les Interahamwe par un gros serpent en train de dévorer sa proie. La caricature prête aux adhérants du MRND des mots comme : “Si par chance quelqu’un emmenait la ministre Agathe Uwilingiyimana ici  pour qu’elle soit croquée  par ce reptile (Umurangi n° 10 du 22/7/1992, p.11).

 

 

___________________________________________

Après le déclenchement de la guerre en octobre 1990, le Président Habyarimana a eu beaucoup de rencontres avec le Président Museveni qui soutenait les agresseurs du Rwanda, pour voir comment arrêter la guerre. Habyarimana a été roulé jusqu’à la dernière minute par un discours apaisant de Museveni.
Le titre de la caricature est : “Museveni se bat pour pour un morceau de pâte dans le panier”. Habyarimana dit à son collègue : “Vous nous avez pris une partie du pays. Maintenant vous voulez nous prendre aussi même la partie restante”. Museveni lui dit : “La vérité c’est la force, l’amitié n’est que de théâtre” (caricature Umuranga N° 37 du 30 juillet 1991, p. 1).

___________________________________________

Avec le déclenchement de la guerre en octobre 1990 par le tandem FPR-NRA, les journaux de l’époque, proches du FPR, ont prétendu que le Président rwandais d’alors Juvénal Habyarimana, était de connivence avec le Commandant Fred Rwigema, Chef des agresseurs, que leur rencontre avait eu lieu à l’Hotel Rebero L’Horizon appartenant aux Habyarimana, en septembre 1987. Cette caricature a été tirée du journal “Rwanda Rushya spécial” n° 21 d’avril 1992, p. 10. Le journal “Le Tribun du Peuple” avait publié la même caricature dans son numéro spécial de la même période, à la page 3. Le journal “La griffe” avait fait la même chose dans son numéro du 16 mai 1992 à la page 3.

___________________________________________________

RTEmagicC_Kanguka_3_-_Copie_02.JPGVoulant détendre l’atmosphère devant un parterre de journalistes, le Président Habyarimana lance : “Je suis l’Insurpassable qui a résisté aux scélérats et aux traîtres”. On voit ses supporters l’encourageait par des holàs de “Continue, continue…”. Le vieil homme à la pipe qui entend cela à la radio dit : “Cet homme est gavé dans l’opulence. Au moment où la population est sous les bombardements, lui, il chante ses hauts faits”. Le journaliste conclut :”Se qualifier d’Insurpassable ne va pas nécessairement arrêter la guerre” (Kanguka n° 61 du 30/6/1992, p.9).

__________________________________________________

RTEmagicC_Kanguka_4_-_Copie.JPG

Le journal KANGUKA était d’avis que la guerre menée par le FPR contre le Rwanda était une épreuve de plus que devait surmonter le Président Habyarimana. Ici, on le voit gravir une montagne avec une lourde croix, suivi par des adhérants du MRND, son parti. Le journal lui prête les mots : “Je crois fermement que le Bon Dieu donne des épreuves aux gens mais leur donne aussi les moyens de s’en tirer” (Kanguka n° 57 du 27/04/1992)

__________________________________________

RTEmagicC_karamira.jpgFrodouald Karamaira était un opposant politique au Président Habyarimana. Il était du Mouvement Démocratique Républicain (MDR). Le journal pro-MRND “Umurwanashayaka” présente F. Karamira du haut de son immeuble et lui prête les mots  : “Dans ce Rwanda, nous les commerçants, nous avons toutes les peines du monde”. Et il enchaîne :”Cet immeuble, je l’ai construit après que mes genoux eussent été écorchés à force de m’agenouiller devant les autorités”. Le vieux lui répond ironiquement : “C’est vrai! Tes genoux sont écorchés!” (Umurwanashyaka, 12 août 1991).

 

Professeur Augustin Banyaga yahawe igihembo

1 juin 2012

0 Commentaire

Professeur Augustin Banyaga yahawe igihembo Augustin-Banyaga1Professeur Banyaga, wa Munyarwanda w’icyamamare ku mubare na n’ubu arahishura theorèmes abazungu bakiranda! Uyu Einstein w’ u Rwanda  yari akwiye no gufasha mu isigura rya « Problème FPR! »

Le professeur de mathématiques Augustin Banyaga, d’origine rwandaise, a été honoré  lors de l‘« école de recherche » organisée du 07 au 18 mai à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) au Sénégal. Une reconnaissance de son engagement dans l’éducation et la recherche  en Afrique.

Augustin BanyagaAugustin Banyaga

Pr Banyaga, né au Rwanda en 1947,  a fait ses études universitaires à l’université de Génève, d’où il est sorti en 1976 comme docteur en Mathématiques. Il est actuellement professeur de mathématiques à l’université de Pennsylvanie aux Etats-Unis. (http://www.math.psu.edu/banyaga/banyaga2.pdf).

Il est conférencier pour le Centre International de Mathématiques Pures et Appliquées (CIMPA), une association internationale créée en France en 1978, et dont l’objectif est de promouvoir la coopération internationale au profit des pays en développement, dans le domaine de l’enseignement supérieur et la recherche en mathématiques et dans les disciplines connexes, informatique notamment.  (http://www.cimpa-icpam.org/).

L’une des tâches principales du CIMPA, est l’organisation des « écoles de recherche ». Il s’agit  d’une introduction ou une présentation, lors d’un séminaire, de l’état de recherche dans un des domaines mathématiques. Elles s’adressent à des enseignants-chercheurs débutants des pays en voie de développement.

Dans ses autres activités sur le continent africain, il a été éditeur de l’Africa Matematika journal de l’Union Mathématique Africaine (http://www.math.buffalo.edu/mad/AMU/Afrika-Matematica.html),  Il collabore aussi avec l’université du  Benin comme professeur invité.

Anastase Nzira

Jambonews.net

1234

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus